ACTUS
CONTACT
PRESSE
PHOTO JOURNAL
 
 
aline biasutto Tout ce qui brille
 
Tout ce qui brille, 2007, 160 x 120 cm.
 

Tout ce qui brille est une installation sous la forme d'un papier peint posé sur les murs de l'ensemble d'une pièce. Le motif représente des points de couleurs assemblés, juxtaposés les uns aux autres.
Vu de loin, on perçoit une matière brillante évoquant une vision nocturne d'une ville peuplée de gratte-ciel éclairés, une couverture de survie, un tissu brillant. Ce motif abstrait de drapés, dont la matière recouvre le mur, enveloppe le spectateur.
Ainsi en s'approchant, le spectateur voit des pixels qui se détachent les uns des autres, autant de tâches colorées du clair au sombre, englobant une large palette de couleur. Rien ne brille, les tâches imprimées sur le papier, se détachent les unes des autres rappelant à la fois les techniques picturales des impressionnistes et les pixels des images numériques. Tout ce qui brille ne brille pas. L'image ne représente pas ce que l'on regarde. Trompe l'œil, elle se joue de notre regard.

Dans l'installation Tout ce qui brille, s'opèrent plusieurs changements d'échelle: à partir de la photographie d'un papier de bonbon trouvé, l'image est agrandie au maximum. D'un détail du quotidien, il s'agit de créer une installation immersive où le spectateur revient non pas au détail de l’objet mais au détail de l'image, ainsi le regard navigue entre l'infiniment grand et l'infiniment petit.

Cette installation pose les questions de l'image de sa réalité et de sa perception. Le changement d'échelle, place le spectateur dans l'action: de près ou de loin, ce qu'il regarde est différent de ce qu'il perçoit. Ainsi chaque tâche colorée indépendante forme un tout. Lumières et ombres se confondent en couleurs.
Vertige de l'image et de ses conditions de perception, l'image questionne directement notre rapport au monde.

Tout ce qui brille créée en 2007 s'inscrit dans la continuité d'un travail photographique basé sur la flânerie et l'émerveillement du quotidien lié à l'enfance. D'un petit objet l'enfant construit un monde mêlant réel et imaginaire.
Ici, le travail nous porte dans la matière de l'image et les problématiques photographiques liées à la réalité de la représentation.

Aline Biasutto, juillet 2016.